Les aventures de "Miss La Gaffe" (moi) - Chapitre 2.



Moi j'aime bien jouer au bowling. Avec des amis, ce jour là, j'ai eu les recommandations de l'aîné de la troupe: "Surtout, Mary, ne laisse pas tomber la boule sur le pied de quelqu'un et tiens la bien" C'est vrai, c'est tellement lourd ces trucs là, faudrait pas blesser quelqu'un.... tout de même.
Sans le savoir, mon camarade allait perdre la boule...mais pas celle qu'on pense....d'autant plus que son père qui nous avait accompagné en fut quitte pour 2 mois d'hosto et tous les autres un bref séjour chez lle médecin ORL..... mais lisez plutôt...
Le principe du jeu est d'abattre toutes les quilles au bout de la piste. Si vous réussissez( il y a 2 ss das ce mot là) , les autres crient en Choeur "strike" . Pas prononcer à la flamande "strik" mais à l'américaine comme si on vous avait marché sur le pied " strrrr   aÏe..ke" ! Si t'arrive pas à bien prononcer, tu mets une patate bouillante dans ta bouche et tu verras, tu parles aussi clairement que les ricains ! Sur le terrain de jeu, on doit mettre des petits souliers, non Marcel, pas pour mettre en offrande au père Nowel, mais pour ne pas abîmer le parquet glissant .....de mon terrain de jeu favori.
 La piste brille comme un miroir, pour que la boule glisse mieux au milieu. Ben oui, c'est pas que pour que tu danses la java dessus...quoique ce jour là, Amédée, le père de mon camarade, nous a fait une belle chorégraphie.....gratos. Bande de petits veinards.....
....Zut alors, il m'avaient donné des chaussures trop grandes, mais bon....Juju et Pierre avaient déjà joué, c'était mon tour. je me vois encore saisir une boule de taille moyenne....Bon sang, elle pesait une tonne, je n'avais plus de force... alors, j'ai pris mon élan et sans voir Amédée qui était en train de refaire son lacet dans la rigole bordant la piste et à proximité des quilles dans le fond (il me tournait le dos et était  accroupi, presque au ras du sol....)donc, je pris mon élan avec la boule....
 Pour avoir plus de force au lancer, j'avais balancé la boule d'arrière en avant, seulement, je crois que j'ai du aller vers l'arrière en oblique, parce que la boule avait touché quelque chose de visiblement mou, mais non freinée par cet obstacle, je lançais de toute mes forces, cette boule que je tenais fermement aggripée avec 3 doigts, dans les encoches, (à l'époque des trous) prévues à cet effet.  Il faut dire que une  boule à  juju (derrière moi) passait à ce moment l'arme à gauche, la mienne m'entrainait vers la rigole sans lâcher mes doigts et atterissait sous le posterieur d'Amédée qui fit un "tournicoti, tournicoton" pour arriver à un superbe strike , la tête la première au fond de la piste. L'histoire ne serait pas complète sans un fond musical: Juju "Howwwww...ouuuuu la laaaaaah" ( pourquoi qui parle arabe lui?  Moi " M'enfiiiiiinnnnn"  et Amédée " Auuuu secouuuurs" , suivi, non pas du tonnerre d'applaudissements pour le superbe "strike" mais d'une tempête de rire (en tournée générale)
Aux urgences ? Y z'ont rigolé pendant 1 heure: 1 testicule en compote pour juju, 1 fracture du coccyx  et quelques points de suture à la tête (mais non, pas en bas) pour Amédée et une père de lunettes pour moi...... Les lunettes? Ben dans la glissade, mes chaussures trooooop grandes se sont détachées et me sont tombées sur la figure....Quelle claque alors ! Pierre quant à lui, s'est décroché le zygomatique droit et j'ai cru que le médecin ORL allait se péter les 2......ben..." Strike" alors !



 

J'aime bien quand mes amis m'invitent . Ce jour là un beau gosse m'a invitée à dîner au restaurant chinois, nouvellement installé en face du marchand d'escargot qui s'est recyclé dans la frite, faute de clients.
Le décor est superbe, en blanc et ocre, cela me rappelle mes vacances à la montagne avec les japonais, mais celle là je vous la raconterai plus tard.... Revenons en au magnifique resto avec des nappes brodées d'or et de jolis dessins campagnards (mais non Marcel, pas comme dans la pub avec le camembert rustique) avec de jolis plateaux de fruits.... ah, non,...tiens... je me souviens que j'ai mis mes lunettes après et cela représentait des portraits de convives chinois. Si j'insulte quelqu'un ?  Meuuuuh non, récemment un Coréen domicilié à Paris m'a dit ceci " Je ressemble à une banane: C'est jaune à l'extérieur et blanc à l'intérieur" ! Je me demande si on peut peler le fruit.....?
Revenons au beau gosse...: tout de blanc vêtu, on ne voyait que le" fruit " (du haut).....sauf qu'il était plutôt mûr comme les raisins sur les côteaux siciliens. Un beau mâle du Sud, avec des yeux noirs, oui Marcel, comme les japonais.
 Les chaussures ? Je ne sais pas, peut être en blanc et noir comme celles d'Aldo Maccione car il avait la démarche similaire (bonjour le lumbago, après, dis donc)
 Au menu, canard à l'orange (faut rester dans les tons) et autres délices, le tout accompagné d'un vin rouge envoûtant..... Une boisson qui à l'avantage de me faire péter quelques connects: Tout d'un coup, une humeur joyeuse m'anime et je parle en faisant de grands gestes. OOOOh comble du malheur, la bouteille d'élixir joyeux se mit à danser une folle sarabande et le liquide vermeil d'atterir sur mon beau compagnon, en un endroit nommé désir pour la plupart des autres fruits qui tournaient autour,  d'après ses aventures amoureuses qu'il me racontait, inlassablement , pendant tout le repas. Je ne serai pas honnête si je ne vous parle pas du gloussement et de l'hilarité générale quand les serveuses lui proposèrent d'ôter la tache, en tamponnant sa virilité au vin blanc.....
Le bobo faisant illusion, mon compagnon gratifié d'une nouvelle médaille de succès, garda le sourire pour me raconter son périple de jeune Casanova en quête d'un nouvel amour....moi .   Bof, bof, bof... ben euh..... l'était pas vraiment mon genre, il avait l'air sorti tout droit d'un feuilletton manga à l'eau de rose vaguement teintée de mauve  pour vieilles demoiselles en quête d'émotions tout aussi plates que ses expressions.
 Au dessert, je demandai des crêpes flambées. Ce n'était pas chinois, du moins cela en avait la couleur ....et cela se mariait à merveille avec le décor kitch du lieu.

Bougeant malencontreusement ma serviette en papier, celle-ci s'enflamma au contact de la crêpe et dans un mouvement d'effroi, je basculai le contenu de l'assiette sur la nappe en soie qui s'enflamma aussi. N'écoutant que mon sang froid (pourtant qu'est ce que j'a eu chaud...) je m'emparai de l'extincteur à proximité et déversait sa belle mousse blanche sur tout le contenu du "tableau" flambant neuf !!!. Mon malheureux camarade  n'avait pas quitté sa chaise et  ressemblait à un bonhomme de neige, maladroitement dessiné.  Fut-ce un moment de pétage de plomb de ma part ou le fait que ce type me sortait par "les trous de nez" cause d'un ras le bol général de sa stupidité juvénile, que sans y penser, je me jettai sur la carotte sculptée  ornant le plat pour lui caler le légume dans le col de chemise dégoulinant de neige carbonique. Rehilarité générale;;;;; aaahh, enfin un moment de détente bien mérité.  J'en fut quitte ....de ne pas payer mon repas pour avoir sauvé la banquise et de ne pas consoler un ours blanc mal léché qui s'en alla chez les grecs....en râlant.

 

Copyright 2008